munition


munition

munition [ mynisjɔ̃ ] n. f.
• 1532; « place fortifiée » XIVe; lat. munitio, de munire « munir »
1Vx Ensemble des moyens de subsistance (munitions de bouche 2. vivre) et de défense (munitions de guerre) dont on munit une troupe, une place. Mod. Pain de munition. Plaisant Munitions de bouche. provision.
2(1552) Mod. Au plur. Explosifs et projectiles nécessaires au chargement des armes à feu ( 1. balle, 2. cartouche, fusée, obus, plomb) ou lâchés par un vecteur ( 1. bombe). Entrepôt d'armes et de munitions. arsenal. « Les Anglais vendent de la poudre et des munitions à tout le monde, aux Turcs, aux Grecs, au diable » (Balzac).

munition nom féminin (latin munitio, -onis, fortification) Vieux. Ce qui était indispensable à l'approvisionnement des armées. Ce qui est nécessaire à l'approvisionnement des armes à feu (cartouches, projectiles, charges de poudre, fusées, amorces, etc.) [surtout au pluriel].

⇒MUNITION, subst. fém.
Gén. au plur.
A.— 1. Vieilli. Approvisionnement en vivres et en armes d'une place forte, d'une armée. Les arsenaux du roi catholique regorgeaient de munitions de guerre. Rien que dans les trois salles d'armes de Lisbonne, il y avait des corselets pour quinze mille hommes de pied, et des cuirasses pour dix mille cavaliers (HUGO, Rhin, 1842, p. 430) :
1. Les produits matériels qui sont consommés dans l'intérêt du public, sont les munitions de guerre et de bouche, nécessaires à l'entretien des armées; les provisions que réclament les hôpitaux, les prisons, et en général toutes les personnes à l'entretien desquelles l'état pourvoit directement.
SAY, Écon. pol., 1832, p. 476.
Au sing.
Fusil de munition (v. fusil B).
Pain de munition. Boule de pain que l'on distribuait aux soldats. Nous reçûmes chacun une miche de pain de munition et un billet de logement (ERCKM.-CHATR., Conscrit 1813, 1864, p. 70). Plusieurs soldats entendant des représentants dire qu'ils n'avaient pas mangé depuis le matin, leur offrirent de leur pain de munition (HUGO, Hist. crime, 1877, p. 89).
2. P. anal. Provisions. On clouait chez Callé les rideaux aux fenêtres, on matelassait même au besoin les issues afin de ne point voir le jour et la fête durait jusqu'à l'épuisement total des buveurs et des munitions (CARCO, Montmartre, 1938, p. 140).
Au sing. Ton offre de linge me fait grand plaisir. Je compte sur toi pour le linge de luxe, cravates, gants. Il m'en faut une munition (RENARD, Corresp., 1886, p. 62).
Loc. fig. Faire munitions de tout (v. faire feu de tout bois, s.v. feu I B 1 a ; faire flèche de tout bois, s.v. bois II C 4 a). Il s'écarte un peu, tire son calepin et écrit ce qu'il vient de dire. Tout lui sert : il fait copie et munitions de tout. Rien ne se perd; tout fait livre (GONCOURT, Journal, 1862, p. 1058).
B.— Usuel. Explosifs et projectiles, en particulier ceux qui sont nécessaires au chargement des armes à feu. Cyrus Smith (...) recommandait toujours de ménager les munitions, et il prit des mesures pour remplacer la poudre et le plomb (...) qu'il voulait réserver pour l'avenir (VERNE, Île myst., 1874, p. 282). Chaque base comportait (...) un grand nombre de remorqueurs et d'allèges pour le transbordement des munitions, des vivres et du combustible apportés par des transports (LE MASSON, Mar., 1951, p. 58). Les sociétés de tir dépendaient, jusqu'en 1939, du Ministère de la Guerre; elles avaient, entre autres missions, celle d'entraîner les réservistes et recevaient à cet effet des armes et des munitions gratuites, ce qui les aidait grandement (Jeux et sports, 1967, p. 1454) :
2. ... c'est vraiment à partir de ce moment que la question des munitions devint angoissante. Vers la fin de septembre, la dotation totale des armées tomba à 400 coups par pièce; les échelons des gares régulatrices étaient vides, les entrepôts n'avaient plus qu'une faible réserve : 30 lots (soit 45 coups par pièce). La production journalière n'était à ce moment que de 8 à 10 000 coups par jour.
JOFFRE, Mém., t. 1, 1931, p. 429.
SYNT. Munitions réglementaires; munitions à douille; munitions de 75; munitions d'artillerie, d'infanterie, de campagne, de chasse, de guerre; magasin, soute, voiture à munitions; bateau, caisse, convoi, dépôt, fourgon, stock, train, usine, wagon de munitions; approvisionnement, consommation de/en munitions; fabrication, répartition, transport de(s) munitions; dotation, ravitaillement en munitions; fabricant, marchand de munitions; ouvrière en munitions; fabriquer, fournir, amener des munitions; économiser, épargner, épuiser les munitions; manquer de munitions.
Au sing., rare. Les pistolets, d'un calibre de 5,5 mm, utilisent la munition 22 court; cette munition, étant moins brutale au départ du coup, dépointe moins l'arme (Jeux et sports, 1967, p. 1460).
P. plaisant. [Les gamins] occupaient une position stratégique très forte, embusqués derrière les arbres, tout près d'un tas de munitions préparé pour la réfection de la chaussée (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 100).
Prononc. et Orth. :[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. XIVe s. [post 1325] « fortification, ouvrage de défense » (Propriété des choses, II, 1, 1 ds T.-L.); 2. 1532 « provisions de bouche » (RABELAIS, Pantagruel, XX, éd. V. L. Saulnier, p. 165); 1534 (ID., Gargantua, III, éd. R. Calder et M. A. Screech, p. 31 : bonne munition de jambons de Magence et de Baionne); spéc. 1562 pain de munition (DU PINET, Hist. du monde de Pline Second, t. 2, p. 13); 3. 1552 « projectiles, poudre, cartouches » (RABELAIS, Quart livre, Prol., éd. R. Marichal, 257). Empr. au lat. munitio, dans la lang. class. « travail de terrassement, de fortification; fortification, rempart »; à l'époque médiév. « provisions de bouche » (1180), « équipement d'un navire » (1198 ds Nov. gloss.). Fréq. abs. littér. :503. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 358, b) 785; XXe s. : a) 303, b) 1 229.
DÉR. Munitionner, verbe trans., vieilli. Approvisionner, pourvoir de munitions. Synon. munir (v. ce mot A). Munitionner une place (LITTRÉ). Part. passé adj. Dans tous les cas, la guerre contre des positions fortifiées va devenir de plus en plus notre lot (...). Qu'exige-t-elle? Une artillerie de siège, nombreuse, bien munitionnée, adéquate à la place visée (FOCH, Mém., t. 1, 1929, p. 249). []. 1res attest. 1562 chasteau munitionné (DU PINET, Hist. du monde de Pline Second, VI, 11, t. 1, p. 208), 1587 (Hist. pit. du Prince Erastus, fol. 119 v° ds GDF. : ayant munitionné et armé la galere); de munition, dés. -er.
BBG. — QUEM. DDL t. 10.

munition [mynisjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1538; municion « place fortifiée », XIVe; lat. munitio, du supin de munire « munir ».
1 Vx. Ensemble des moyens de subsistance (munitions de bouche, Vivres) et de défense (munitions de guerre) dont on munit une troupe, une place…Mod. Plais. || Munitions de bouche. Provision.REM. Sauf dans l'expr. pain de munition, le mot s'emploie au pluriel.
1 Je ne voyage sans livres ni en paix, ni en guerre (…) C'est la meilleure munition que j'aie trouvé (sic) à cet humain voyage (…)
Montaigne, Essais, III, III.
2 Chacun prit sa donzelle sur ses genoux et l'on se disposa, après quelques caresses plus familières, à diriger l'attaque contre les munitions de bouche.
Nerval, Contes et facéties, « Souper des pendus ».
2 (Av. 1553). Mod. (Au plur.). Ensemble des explosifs et projectiles nécessaires au chargement des armes à feu. || Munitions de chasse (cartouches, plombs). || Munitions de guerre : munitions d'infanterie, pour armes portatives (balles, cartouches) et munitions d'artillerie (fusées, obus…). || Armes et munitions (→ Levée, cit. 4). || Entrepôt d'armes et de munitions. Arsenal. || Parc, soute à munitions. || Approvisionner, ravitailler une armée en munitions (Amunitionner ou munitionner). → Approvisionnement, cit. || N'avoir plus de munitions. || Caissons de munitions. || Cargo chargé de munitions (→ Détonation, cit. 2).REM. Quand les explosifs (→ Poudre) et les projectiles étaient présentés séparément, on réservait parfois le nom de munitions aux projectiles :
3 Vous savez ? les Anglais vendent de la poudre et des munitions à tout le monde, aux Turcs, aux Grecs, au diable, si le diable avait de l'argent.
Balzac, Un début dans la vie, Pl., t. I, p. 647.
Par ext. Provision (d'une chose) qu'il faut renouveler souvent. || La bataille de confettis cessa, faute de munitions. || J'ai épuisé mes munitions de papier. Réserve.
DÉR. Munitionnaire, munitionner.
COMP. Amunitionner.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Munition [1] — Munition der Geschütze. Zur Munition gehören die Geschützladungen, die Geschosse und die für beide nötigen Zündungen. Geschoß und Geschützladung werden entweder einzeln nacheinander oder, durch eine Patronenhülse verbunden, auf einmal ins Rohr… …   Lexikon der gesamten Technik

  • Munition [2] — Munition. – Die Munition der Schiffsgeschütze, bestehend aus der Pulverladung oder dem Treibmittel und dem Geschoß, hat in dem letzten Jahrzehnt keine wesentlichen Aenderungen erfahren. Trotz der Selbstentzündung des Nitrozellulosepulvers,… …   Lexikon der gesamten Technik

  • Munition [3] — Munition. – Die Munition der Schiffsartillerie, bestehend aus Kartusche mit dem Treibmittel und dem Geschoß, hat keine wesentlichen Fortschritte erfahren. Eine Verringerung des Luftwiderstandes und damit eine Vermehrung der Durchschlagskraft …   Lexikon der gesamten Technik

  • Munition — Mu*ni tion, n. [F., munition of war, L. munitio a fortifying, fortification, fr. munire to fortify, defend with a wall; cf. moenia walls, murus (for moirus) a wall, and Skr. mi to fix, make firm. Cf. {Ammunition}.] 1. Fortification; stronghold.… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Munition — (v. lat.), der Bedarf der Geschütze u. des kleinen Gewehrs an Ladungen, Geschossen, Zündungen u. Zubehör. Daher Munitionskasten, 1) ein hölzerner Kasten mit kupfernen Beschlägen u. verschiedenen Fächern zur Aufnahme von M.; 2) ein ähnlicher… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Munition — Sf std. (16. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. munition(s) (de guerre) (eigentlich Kriegsmaterial ), dieses aus l. mūnītio ( ōnis) Befestigung, Befestigungswerk , einer Ableitung von l. mūnīre mauern, schanzen , zu l. moene n. (meist Pl. moenia) …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • munition — Munition, f. acut. Munitio, Munimen, Munimentum. Munition et garnison, ou apprest, Praemunitio. Munition de vivres, Commeatus …   Thresor de la langue françoyse

  • munition — Munition. s. f. v. Provision des choses necessaires dans une armée, ou dans une place de guerre. Munitions de guerre. la place estoit pourveuë de munitions de guerre & de bouche. on manquoit de munitions, de toutes sortes de munitions. On appelle …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Munition — »Schießmaterial für Feuerwaffen«: Das seit dem 16. Jh. bezeugte Fremdwort, das zuerst auch allgemein »Kriegsmaterial, Kriegsbedarf« bedeutete (gemäß der eigentlichen Bedeutung des Wortes), ist aus gleichbed. frz. munition (de guerre) entlehnt.… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Munition — (lat.), Schießbedarf für Feuerwaffen, besteht aus Zündmittel, Treibmittel und Geschoß. In den Heeren der Kulturstaaten sind für Handfeuerwaffen, Maschinengewehre, Maschinen und Schnellfeuergeschütze Einheitspatronen (s. Patrone) in Verwendung,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.